Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Terre2goyaves

Terre2goyaves

Viaje con nosotros / Travel with us :)

De Cairns à Airlie Beach

En quittant Cairns on se dirige vers le sud, la prochaine étape mission Beach puis Townsville. Pendant que nous étions à Cairns, il y a eu un cyclone violent (4/5) qui a touché la région allant de Bowen à Mackay. On savait que Bowen était dévastée pour le reste on savait pas trop ce qu'on allait trouver. 

Arrivés à Mission Beach, pas de bol on a pas vraiment beau temps. La plage est grande et belle, mais un panneau indique la présence de jellyfish (méduses) dangereuses, donc pas de baignade, de toute façon le temps ne s'y prêtait pas. C'est un vrai problème ici, déjà à Port Douglas dans les environs de Cairns nous avions dû nous baigner dans une zone précise protégée par des filets à cause de ces dangereuses créatures...

Nous ne traînons donc pas à Mission Beach et reprenons la route vers Townsville. On en fait le tour on trouve cette ville très calme. On va au lagoon (piscine d'eau de mer en bord de mer, ici aussi les les méduses sévissent !) mais elle est moins sympa qu'à Cairns. On se renseigne aussi sur une plongée, celle du SS Yongala qui est une épave d'un bateau de passagers vieille de plus d'un siècle, qui repose à 28m de fond. Ce site est très réputé alors on veut absolument le faire. Le club que l'on trouve ici, nous dit qu'étant à plus de 3h de bateau ils n'iront pas avant plusieurs jours car il y a trop de vent en ce moment. 
Pas découragés nous filons vers Alva Beach qui est un village, avec un club de plongée spécialisé dans le Yongala, et pour cause ils ne sont qu'à 30mn de bateau. Comme la journée est bien avancée nous n'aurons pas le temps d'atteindre le club avant sa fermeture, mais nous parvenons à réserver en ligne pour le lendemain. 
Lors de notre arrivée nous remplissons un questionnaire, comme d'habitude, on nous donne notre matériel, puis place au briefing. Le type parle vite alors on fait ce qu'on peut pour comprendre et on capte l'essentiel. Première déconvenue, ce sera une plongée sans palier, et à cette profondeur ça va vite, de plus ils exigent que l'on remonte à 70 bars contre 50 habituellement. Le calcul est vite fait, on table sur des plongées de 30min grand max ! 
Précisons que ces 2 plongées sont les plus chères que nous n'ayons jamais eues : 190€ les 2 successives chacun. 
On nous prévient ensuite que le vent est assez fort et qu'il y aura des vagues. Ils recommandent de prendre une médication même si on est pas malade d'habitude, car beaucoup de gens sont malades dans ce trip alors qu'ils ne l'ont jamais été avant. Ils parviennent à me faire douter, mais j'ai confiance alors je prends rien. 
Florian lui prend un cachet,il a le mal de mer. Alors qu'on est dans le minibus nous amenant au bateau, le moniteur croise un type, ils discutent et finit par nous dire que le vent est pire que prévu et qu'il y aura vraiment de grosses vagues, que si on veut on est libre de renoncer. 
Bon... Nous on se dit qu'ils pensent simplement à notre confort en mer, donc on persiste à partir. Sur le groupe initial de 10 on est plus que 8. Les courageux qu'ils nous dit, ça met dans l'ambiance... 

On finit donc par embarquer dans un semi rigide, et c'est parti. 
Il y a de bonnes vagues mais rien d'insurmontable. On met 40minutes à atteindre le site. Arrivés là, une monitrice nous dit qu'hier il y avait 2m de visibilité (donc vraiment pourri !) ils auraient pu nous le dire avant, espérons que  ça se soit arrangé dans la nuit ;) 

On est le premier groupe à partir, avec la fille. A l'arrêt des moteurs ça tangue pas mal, difficile de s'équiper. Nous sommes 5 plongeurs, faisant partie du groupe "expérimenté".  Florian s'aperçoit que sa bouteille ne contient que 170 bars au lieu des 200 habituels, il le signale et se fait engueuler de ne pas avoir vérifier avant de partir. Moi je suis prête, alors ils me disent de rejoindre la monitrice déjà à la bouée, en me tenant à des cordes. J'y vais mais très vite j'ai du mal à tenir la corde un courant très fort tire au large. On est toujours à la surface je n'ai pas rejoins la bouée je n'y arrive pas, je suis déjà essoufflée, je ne vois pas Florian et sous l'eau on voit rien ! Assez vite je fais signe à la monitrice que Ca ne va pas, et que je renonce, je retourne donc au bateau (en lâchant 2 fois la corde, heureusement elle était la pour me tendre la main les 2 fois). En chemin je croise Florian qui venait de se mettre à l'eau j'ai le temps de lui lancer un "j'y vais pas". Arrivée enfin à l'échelle, j'ai du mal à la tenir tellement Ca tire. Le moniteur resté dans le bateau avec le 2eme groupe me regarde et me dit d'enlever mes palmes, mais j'ai tellement tiré sur les bras qu'ils sont tétanisés et que si je lâche une main je me ferais emportée. Donc je lui dit en anglais "je peux pas" et cet abruti me regarde et soupire sans m'aider et me dit de me calmer ( j'avoue j'étais pas calme mais quand même il pouvait m'aider...) bref ce sera finalement le capitaine du bateau qui m'aidera à enlever mes palmes pour que je puisse monter dans le bateau. 
Quand j'arrive sur le bateau je me rend compte du fiasco de cette plongée. Un plongeur de notre palanquée  est à 300m du bateau en train d'agiter son parachute de secours pendant que la monitrice revient au bateau. Je ne vois pas Florian. 
Une fois remontée ils discutent avec le capitaine, elle lui dit que le courant est "very strong" et ils ne se pressent pas. Je vois le type au loin lutter pour qu'on le remarque en agitant son parachute orange. Je décide alors de leur dire "hey y'a un mec la bas qui a l'air en détresse!!" J'étais sure qu'ils l'avaient vu et effectivement, le capitaine me répond "ouais c'est bon on va le chercher." Au moins encore 5 minutes se passent avant qu'ils démarrent le bateau. Le type monte (je m'aperçois que ce n'est pas Florian) il est blanc comme un linge, il a pas l'air bien. La monitrice lui demande si ça va il répond à peine et ferme les yeux (le mec a eu peur je pense), il saisit un seau et vomit. 
C'est le moment où je demande à la monitrice où est Florian et elle me dit qu'il est descendu avec les 2 autres plongeurs. 
Ok, très bien, comme quoi la muscu ça sert ^^ 
On revient donc à la bouée, sur le site de la plongée et la surprise, Florian tout seul à la surface. 
On le récupère, il est à peine dans le bateau qu'il me dit "c'est vraiment n'importe quoi", le pauvre s'est fait peur aussi. 

En fait, Florian était effectivement derrière les 2 autres plongeurs. Pour échapper au courant ils se sont immergés jusqu'à 20m, puis les 2 autres ont lâchés la corde et sont parti. Selon Florian ils les voyaient palmer comme des fous pour avancer à peine. Comme il était convenu que ce soit une plongée guidée, il a attendu un petit moment la guide. Il s'est vite retrouvé seul à la corde puisque la visibilité était de 2/3 mètres, il ne voyait plus ni les 2 autres, ni la guide (et pour cause elle était sur le bateau) et il dit qu'il avait du mal à respirer dans son détendeur. Il a eu peur il est remonté. A la surface il n'a trouvé personne (on était parti récupéré l'autre) et il a eu peur encore plus ! 
Florian a donc plongé 11 minutes la plongée la plus courte de sa vie. Une dizaine de minutes après les 2 autres remontent. Le plus vieux des 2 vomit, le plus jeune ça avait l'air d'aller. 

Une fois tout le monde récupéré on se dit qu'on va rentrer vu les conditions mais non... 

Ils décident de faire partir les 3 autres avec le moniteur. Sur les 3 plongeurs, 1 homme assez costaud et 2 filles niveau 1 avec une dizaine de plongées. 
Ils partent moins décousus que nous, tous les 4 en même temps. Une des 2 filles fais comme moi, demi tour avant même d'avoir vraiment commencé. 
Les 2 autres parviennent à s'immerger à la bouée avec le moniteur. 
20 minutes plus tard, ils remontent. La fille enlève son masque, elle a du sang partout (en faite elle saignait juste du nez). Elle s'assoit par terre l'air épuisé je tente un "Ca va ? c'était bien ?" Elle me répond "pas vraiment". Je sais pas exactement ce qu'il s'est passé mais elle avait pas l'air ravie. 
L'autre, le mec a trouvé ça bien. 

Et là contre toute attente, ils demandent qui veut replonger. 
Sur 8 plongeurs, seulement 2 voudront y retourner. Le jeune de notre palanquée et le mec de la 2eme palanquée. Ils iront avec le moniteur pour 20 nouvelles minutes. Pendant ce temps sur le bateau, ça vomit... 
Nous Ca va, faut juste éviter de regarder le type qui se fout en permanence 2 doigts au fond de la gorge... 

Le retour vers le club se passera bien. Les 2 filles niveau 1 nous demande si on a prévu demander un remboursement (et comment !)

La gérante nous dit qu'elle doit voir avec les moniteurs de plongée et qu'en attendant on peut manger (un BBQ était prévu après les plongées). Sur 275$ ils nous remboursent 200$ chacun. On trouve ça honnête de leur part, elle s'excuse pour les conditions "c'est pas toujours comme ça" qu'elle nous dit. 

Bilan : dégoûtés car on est sûrs que c'est un beau spot de plongée quand les conditions sont bonnes. Un peu déçu de la gestion de notre monitrice (le moniteur avait l'air mieux, même s'il ne m'a pas aidé à enlever mes palmes lol) 

Après cette mésaventure, qui m'aura confirmé que j'ai le pied marin, on prend la route d'Airlie Beach. On arrive dans la région sinistrée par le cyclone. On voit des arbres couchés, de devantures de magasins abîmées. On arrive dans la ville vers 17h30 et dans le centre on voit toutes les boutiques fermées. Juste un bar ouvert. Bizarre, ils ferment tôt ici... 
On décide d'aller dans un camping payant (les gratuits sont trop loin). Le premier que j'avais repéré semble avoir souffert du cyclone, on a pas le temps d'entrer que le gérant nous fais signe qu'il est fermé. Le deuxième pareil. Le troisième nous dira que TOUS les campings sont fermés car ils ne peuvent pas garantir notre sécurité (chute d'arbre) et qu'en plus dans la ville il n'y a toujours pas d'électricité. Il nous indique un parking où on peut rester pour la nuit. On se retrouve donc avec plein d'autres vans comme nous, en plein centre ville dans le noir à la nuit qui tombe. Vers 21h un type vient frapper à la porte en nous disant que c'est exceptionnel, et que l'on doit être parti à 6h le lendemain matin. Super accueil. 
Le lendemain à 6h du coup on se met à la recherche d'une croisière vers les whitsundays ( plein d'îles, des eaux turquoises et une des plus belles plages d'Australie au programme). 
On trouve un truc, on voulait faire de la voile mais apparemment rien à la journée, beaucoup de voiliers ont été abîmés l'unique option c'est un speed boat. Comme on a quand même envie de le voir on prend Ca. 
Le temps est mitigé mi soleil mi averses mais c'est beau quand même. Surtout le point de vue qui dévoile une plage magnifique, la même où on ira après le déjeuner ! 
La plage est belle et l'eau est chaude on en profite ! 
On passe une bonne journée, le dernier arrêt par contre est inutile. Snorkelling mais pas 1m de visibilité... 
On est content de l'avoir vu car c'est beau, même si encore une fois les conditions post cycloniques n'étaient pas idéales. 

On s'arrête pour dormir à 50 km de là plus au sud pour passer la nuit avant de continuer la route et d'échapper de cette zone tristement sinistrée. 

 

De Cairns à Airlie Beach
De Cairns à Airlie Beach

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article