Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Terre2goyaves

Terre2goyaves

Viaje con nosotros / Travel with us :)

Nouvelle Caledonie act II : Grande Terre

Après 35mn de vol nous arrivons à l'aérogare de Nouméa et récupérons notre voiture que nous garderons 9 jours : de quoi faire une petite virée sur le caillou ! 
Malheureusement, nous apprenons qu'un cyclone au large du Vanuatu détraque le temps et risque même de devenir une menace pour nous. La poisse ! 

On se décide quand même à entreprendre ce qu'on avait prévu, et on part donc sur la côte ouest direction bourail dans la campagne calédonienne là où vivent les cow boy calédonien ! 
On y fait de l'élevage, et la grande spécialité c'est le cerf (on prononce le F !) 
Nous en avons mangé dans les environs de la Foa. Ce n'est pas notre viande préférée mais elle était bien préparée et c'était bon.
On trouve un petit camping pour planter la tente, on se balade sur la plage (très venteuse). 
Le lendemain, on part faire une petite randonnée qui surplombe successivement 3 baies : la roche percée la baie des tortues et la baie des amoureux. Malgré le temps couvert cette rando en montagne russe offre de belles perspectives. 
L'après midi on se dit qu'on va aller prendre un cocktail à l'hôtel de luxe du Sheraton (on peut alors profiter de la piscine dixit le Lonely). Sauf que, ils ont décidé de changer leur politique et l'accès à la piscine + cocktail coûte aujourd'hui la modique somme de 42€ chacun, ça fait cher l'entrée à la piscine !!! 
Du coup on laisse tomber on rentre au camping, et à peine le temps de se poser qu'il est l'heure de partir pour "la nuit des musées" à Bourail. 
On visite donc le musée (à la lampe de poche car il fait nuit, c'est le principe). Il explique l'origine de la ville (au début c'était des bagnards venant de métropole, on les obligeait à bosser ici, et quand il étaient libérés ils devenaient proprio d'un lopin de terre et allait se choisir une femme au couvent (oui oui!) pour y fonder leur familles. Ils avaient appris un métier lors des travaux forcés souvent dans le milieu agricole). On a aussi pu voir une vraie guillotine (pour les bagnards récalcitrants, qui a servi une trentaine de fois nous a dit la guide...) 
Après la visite, ils ont allumé un grand bûcher, puis on a eu une démonstration de danse rituelle "la danse des mouettes" dont ils nous ont expliqués la signification (en gros une maman fera toujours tout pour ramener ce dont ses enfants ont besoin à la maison malgré les difficultés dans la vie comme les mouettes ramènent à manger à leurs petits malgré le vent, les tempêtes...) 
Enfin, pour finir on nous a conté des histoires que les tribus racontent (en langue locale puis traduit en français) où il y a toujours une morale à la fin (ne pas s'inviter sur le territoire d'autrui sans lui demander...) 
Il faut savoir qu'ici chaque village est une tribu avec son chef et son territoire. Il faut éviter de s'aventurer sur un terrain sans savoir d'abord si ça appartient ou  pas à une tribu, sinon on peut avoir des problèmes. Sinon il faut demander la permission et faire la coutume au chef, c'est à dire lui offrir un cadeau comme signe de respect. Pfiouuu ! 

En plus de ça il y avait un buffet, on a pu goûter à une soupe à la citrouille très bonne, aux beignets de banane et il y avait tout plein de pâtisseries orientales (quelques algériens vivent ici, descendants de kabyles condamnés au bagne et déportés en nouvelle Calédonie au 19e siècles). 

PS : certains étaient clairement là pour siffler toutes les bouteilles de vin que le musée mettaient à dispo, avec une discrétion toute relative - un grand moment. 

Le lendemain,on profite d'une petite accalmie de vent pour découvrir la grande barrière de corail situé ici à 2km de la côte. On file avec un bateau à fond de verre jusqu'à un herbier à environ 700m de la côte, et faisons la connaissance d'une très grosse tortue verte qui vit ici. 
Ensuite, arrêt sur la grande barrière ou un sentier sous-marin a été réalisé. C'est joli, et nous faisons 40mn de snorkelling avec des dizaines de poissons clowns dans leurs anémones, demoiselles, poisson napoléon, poisson perroquets et autres avant de regagner le rivage. C'était une excursion matinale pour éviter le vent. 
Comme il est encore tôt, nous décidons après de monter encore plus jusqu'à atteindre le grand nord. On pose nos affaires dans un camping à Koumac face à la mer. 
On ira jusqu'au village de Poum, le presque bout de la Nouvelle Calédonie, la route est belle, sauvage, et on voit bien la chaîne montagneuse. 

Le lendemain matin, point météo, on apprend que la moitié nord où nous sommes ainsi que Ouvéa et Lifou (2 îles des loyautés) sont en vigilance 1 cyclone et passeront en vigilance 2 à 19h. 
On décide de ne pas traîner et de redescendre à bourail (qui elle est en vigilance 1 seulement pour la nuit.) 
On demande donc si on peut camper sur le terrain de l'auberge de jeunesse, et c'est un oui à condition de ne pas passer en niveau 2, auquel cas, tous aux abris ! 

En gros niveau 2 c'est le confinement...
Niveau 1 c'est progressivement se rapprocher d'un lieu sûr, arrêter de bosser, rentrer chez soi. 
La soirée passe, la gérante nous dit ok pour le camping et s'en va à 20h, et nous dit que si ça soufflait trop, qu'on se mette à l'abri à l'intérieur. 
Nous sommes posés devant la TV à écouter les infos, quand à 21h, la gérante déboule, l'air effrayée et les yeux exorbités et nous lance "il est énorme, bien pire que ce qu'on pensait vous ne pouvez pas rester dehors !!!" 
Bizarre c'est pas ce qu'on a entendu à la TV mais ok, on sort démonter la tente (c'est loin d'être la tempête) et on prend une chambre. Ça la rassure, on comprend que c'est sa responsabilité... 
La nuit passe sans encombre, ça n'a pas vraiment soufflé ici. Malgré tout le cyclone est toujours pas loin, alors l'alerte 1 n'est pas levée... 
On décide vu qu'il fait relativement beau, d'aller faire une petite rando dans les collines offrant un joli point de vue. Ça nous prend 2 petites heures mais ça nous fait du bien de bouger. On rentre juste avant la pluie qui durera toute l'après midi. On restera donc à l'abri coincés à l'auberge (lecture, internet et TV...) 

Le lendemain enfin le cyclone est passé, il menace à présent Noumea mais pour nous, et le reste de la grande terre les alertes sont levées ! 
On file donc sur la côte est mais on sait pas trop ce que l'on va trouver. Le club de plongée que l'on contacte à Koumac nous déconseille de plonger, la mer ayant été trop remuée. On se dirige alors vers Hienghene. 
On a repéré un petit camping en bord de plage.
C'est un charmant village, réputé pour ses fonds sous marins (mais pour Ca il faudra revenir !) et pour ses falaises ! 
Deux d'entre elles sont photogéniques : elles ressemblent à une poule couveuse et l'autre un sphinx. Après les arrêts photo classique et la pause déj, on loue des kayaks pour se balader au pied des falaises. La balade au soleil est vraiment sympa et ces falaises sont magnifiques ! 

On passe une bonne nuit puis on se dirige vers Poindimié un petit village un peu plus bas. Pas grand chose à faire ici à part la plongée. Sauf que vu les évènements c'est pas le bon moment. 
Finalement le cyclone s'est affaibli avant de toucher Noumea. Les alertes sont levés pour tout le monde. On décide donc de redescendre sur Noumea dans l'espoir de pouvoir plonger. 

On retourne donc à Noumea, et on se réserve une plongée pour le lendemain. 
Même si le cyclone n'a pas touché Noumea, il persiste des vents importants créant une grosse houle en mer. On plongera donc dans le lagon. Malgré tout la visibilité sous l'eau n'est pas si mal et on fera 2 explorations, pas bien profondes, à 13m et 8m mais sympa quand même ! 
Ceci termine donc notre séjour sur la grande terre, qui a été pas mal perturbé par le passage du cyclone. Nous avons RDV sur la belle Ile des pins a 30mn de vol de là pour y fêter mes 30 ans !! 

La poule couveuse

La poule couveuse

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article